Neuf contes pour agrémenter le café

  • ISBN 978‐2‐918048‐05‐3
Auteur : María Eugenia Caseiro (Cuba)

Traduction : Gonzalo Navarro
Nouvelles - édition bilingue

"Ce qui impressionne tout d’abord dans ces nouvelles de María Eugenia Caseiro, c’est la force de séduction de ses personnages, enracinés dans une nostalgique saveur cubaine. Si leur monde n’a pas disparu, il a bien changé.
On ne manque cependant pas de lire ces textes avec un intérêt passionné, tandis qu’ils nous transportent vers cette époque qui, sans la littérature, aurait été engloutie par le temps.
Le Cercle, la première nouvelle de ce livre, s’ouvre par le récit d’un nonagénaire qui fut, en son temps, un célèbre proxénète qui parcourait en maître les quartiers d’une Havane dont seuls les plus âgés gardent encore le souvenir.
Le  personnage nous rappelle le légendaire proxénète Yarini, mais le récit s’achève dans la salle d’attente d’un cabinet médical et nous invite à la réflexion face aux bouleversements qu’engendre un destin inexorable. Nous sommes également saisis par l’obsession pathologique du personnage du texte Le collier, résumée par la terrifiante pensée qui s’empare de la protagoniste lorsqu’elle le voit : « Une sensation inhabituelle parcourut ma peau à la seule idée du contact de cet assemblage minéral et translucide. »
Tout aussi saisissant est Sócrates, l’imprévisible détective de L’homme au sachet, à la vue basse et dur d’oreille, emporté par une laborieuse enquête qu’il commence sans but bien défini. Citons encore le marchand de livres et de comestibles de La dix‐septième heure, à la tête du misérable kiosque qu’il détestait et que lui avait laissé son père ; son alcoolisme et sa fin inattendue sont  rendus de façon saisissante. Enfin, nous nous attachons au grand‐père et son soliloque d’Envolée matinale à la cubaine, essayant de comprendre un monde qui a changé et dans lequel il n’a définitivement plus sa place.
Tous ces personnages, piégés par un destin auquel ils n’ont pas pu échapper rappellent par moments ces perdants de l’auteur nord‐américaine Carson Mc Culler, la nostalgie et la mélancolie de leurs vies. Neuf contes pour agrémenter
le café
s’intègre dans la nouvelle fiction cubaine, à la fois moderne et traditionnelle ; il mérite d’être lu. Il s’agit d’un livre précieux, à conserver."

Ismael Lorenzo

María Eugenia Caseiro

12.00 EUR
Taxes incluses: 0.63 EUR
État de stock: Version papier épuisée - disponible en téléchargement

ex.